Traduction informatique

Traduire des documents traitant d’informatique relève bien sûr de la traduction technique spécialisée : toutefois, outre les questions habituelles de cohérence terminologique, les documents informatiques nécessitent d’autres points de contrôle.

Tout d’abord, les termes utilisés dans l’interface utilisateur du logiciel se retrouvent dans le manuel et dans l’aide en ligne. Toutes ces occurrences doivent être identiques, sans quoi les textes fournis à l’utilisateur pour l’aider à employer le logiciel perdent leur raison d’être. Cela peut paraître simple à obtenir, mais ça ne l’est pas, car la traduction est habituellement répartie sur plusieurs traducteurs. Des méthodes spécifiques de gestion de la terminologie permettent de garantir malgré tout la cohérence de l’ensemble.

Ensuite, les logiciels ont une durée de vie qui tend à raccourcir, et leurs mises à jour sont nombreuses ; la documentation informatique change elle aussi fréquemment. Il convient donc de traduire ces informations rapidement, pour ne pas ralentir la mise sur le marché, tout en s’appuyant sur ce qui existe déjà, pour ne pas renchérir le coût de la traduction. Les agences de traduction comme Anyword s’appuient pour cela sur des logiciels à mémoire de traduction, qui facilitent la réutilisation des textes traduits par le passé.

En outre, les documents informatiques regorgent de captures d’écran qui reproduisent avec exactitude les situations décrites dans le texte telles qu’elles se présentent dans le logiciel. Bien qu’il ne soit pas compliqué , techniquement parlant, de capturer ces situations dans la langue de destination, cela implique que le logiciel lui-même soit déjà traduit, et de reconstituer pas à pas la totalité des opérations préalables à l’affichage de l’écran à capturer. Un travail parfois beaucoup plus long que prévu, en particulier lorsqu'il faut utiliser des fichiers d’exemple, qui doivent également avoir été traduits auparavant.

Enfin, traduire un manuel informatique n’a aucun sens si l’on ne vérifie pas à un moment donné que le logiciel décrit dans la documentation fonctionne de la façon indiquée. Cette étape de contrôle de la fonctionnalité est cruciale. Or, pour fonctionner correctement, un logiciel dépend du bon fonctionnement d’autres éléments, comme le système d’exploitation, sur lesquels il n’a aucune prise. Et ces éléments fonctionnent parfois de façon différente suivant les langues. Dans les cas extrêmes, on peut se retrouver avec un logiciel dont une partie de la fonctionnalité n’est pas assurée dans telle ou telle langue de destination. Bien entendu, la situation est rare, mais il est impossible de faire l’impasse sur ces tests, car s’ils révèlent un problème, il faudra à la fois le résoudre, et modifier la documentation en conséquence.

Toutes ces particularités font de la traduction de documents informatique un métier à part entière, que connaît bien Anyword

« Depuis plusieurs années, nous faisons appel à la société Anyword pour la traduction de rapports, principalement anglais / français ou français / anglais, pour le compte de certains de nos clients. Nous avons ainsi collaboré sur des dizaines de traductions qui ont toujours été réalisées avec soin. Ces missions, utilisant bien souvent des éléments techniques propres au domaine de l’énergie, ont toujours été réalisées avec professionnalisme, tant sur le plan de la qualité que des délais de réalisation, parfois très courts. La réactivité et la disponibilité de nos interlocuteurs étant elles aussi des composantes de cette collaboration très positive. Je fais donc part de ma grande satisfaction quant aux travaux menés par Anyword pour notre service et compte poursuivre cette collaboration. »

Thomas Rihouay, Responsable d’opérations Green Building, Bureau Veritas